Dossiers : Grand emprunt, Investissements d'avenir

Mise à jour : 30 décembre 2015

Le programme des investissements d’avenir financés dans le cadre du grand emprunt national a été décidé par le Gouvernement et adopté par le Parlement dans une loi de finances rectificative du 9 mars 2010. Il s’agit pour l’Etat de consacrer au cours des prochains mois 35 milliards d’euros au développement des activités et des filières identifiées comme étant les plus porteuses d’avenir pour notre pays.

Comité de suivi du Programme des Investissements d’Avenir en Bretagne

Comité régional de suivi du Programme d'Investissements d'Avenir en présence de Louis Schweitzer, Commissaire général à l’investissement, vendredi 6 février 2015.

Le Comité régional de suivi du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) de la région Bretagne, s’est réuni vendredi 6 février, en présence de Louis Schweitzer, Commissaire général à l’investissement chargé de « veiller à la cohérence de la politique d’investissement de l’État ».

Le programme des investissements d’avenir financés dans le cadre du grand emprunt national mobilise aujourd’hui près de 1 milliard d’euros pour les projets bretons. Ce montant cumule des subventions, des avances remboursables, des prêts, des prises de participation et des dotations en fonds de garantie.

En M€ Dotation consomptible Dotation non consomptible

 

Enseignement supérieur, Recherche, formation, culture scientifique

 

179,79 335,19

 

Industrie et PMEPetites et moyennes entreprises

 

152,08  

 

Développement durable

 

172  

 

Numérique

 

159,3  

 

TOTAL mobilisé

 

 

998,36

Les principaux projets soutenus par le PIA en Bretagne sont le financement de « Bretagne Très Haut Débit » (151,8 M€), de la deuxième ligne de métro de Rennes (90,66 M€), de la SATT Ouest Valorisation (70 M€), de l’IRT B-com (60 M€) et de « l’Instituts d'excellence sur les énergies décarbonées" (IIED) France Energie Marine (34,3 M€).

L'année 2014 a démontré que la mobilisation des acteurs issue du Pacte d’Avenir pour la Bretagne et les stratégies régionales dans le domaine de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, du numérique et de la compétitivité permettaient d'optimiser le recours aux dispositifs financiers du PIA.

Plusieurs exemples peuvent être donnés à partir des projets lauréats en 2014 :

 - Les quatre syndicats départementaux d’électricité ont présenté des programmes d’équipement coordonnés par la région Bretagne dans le cadre du plan Véhicule Vert. Ces programmes qui ont été sélectionnés représentent 962 bornes en région Bretagne, déployées entre 2014 et 2016.

 - Au cœur du territoire du Nord Finistère et dans le domaine de la formation agricole, la sélection annoncée au mois de juin du projet de « Pôle de référence, carrefour des innovations agricoles » porté par l’Institut Rural d’Education et d’Orientation de Lesneven (29) (1,3 M€ de subvention). L’IREO de Lesneven est un acteur important de la formation par alternance et accueille 330 étudiants.

- Toujours sur ce territoire du Nord Finistère, la sélection au mois de septembre du projet d’Espace des sciences à la Manu de Morlaix (4,2 millions d’euros de subvention), au titre du programme PIA de développement de la culture scientifique et technique.

Ce nouvel Espace des sciences, recouvrant 2800 m², est au cœur du projet de réhabilitation et de reconversion du site patrimonial de l'ancienne Manufacture des tabacs de Morlaix.

- Le succès en région Bretagne des prêts numériques, pilotés par Bpifrance, dont l’enveloppe (15 M€) a été entièrement consommée au cours du premier semestre 2014. Les prêts robotiques, mis en place en fin d’année, connaissent le même succès.

Le Comité régional de suivi s'est par ailleurs concentré sur deux projets emblématiques :

- le Campus des métiers de Brest, ouvert au mois de septembre, financé par le PIA à hauteur de 11,1 M€ ;

- le projet d’éolien flottant SEAREED, porté par le groupe DCNS et Alstom dans le domaine des énergies marines renouvelables.

Le pilotage du programme a été confié à Louis Schweitzer, Commissaire général à l’investissement (CGI) nommé à ce poste le 23 avril 2014. Chargé de «veiller à la cohérence de la politique d’investissement de l’État», il coordonne l’action des opérateurs du programme d’investissements d’avenir qui assurent sa mise en œuvre opérationnelle en lien étroit avec les ministères concernés. Il assure par ailleurs une mission de contrôle des grands investissements publics de l’Etat.