Actualité

24 villes engagées dans le programme Action cœur de ville en Grand Est

Mise à jour : 19 octobre 2018

Pôles essentiels du maillage territorial entre les communes rurales et les grandes agglomérations et métropoles, les villes moyennes jouent un rôle essentiel au sein des régions. Pour redonner attractivité et dynamisme aux centres de ces villes et leur permettre de retrouver un meilleur équilibre : Action Cœur de ville !

En région Grand Est, ce sont 24 villes qui sont bénéficiaires de ce programme, porté par l’État, avec Action logement, la Caisse des dépôts et l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAHAgence nationale de l'habitat). « Cœur de ville » vient ainsi renforcer la dynamique enclenchée sur le territoire par l’État en faveur de ces villes :

    • Le déploiement par l’État de l’expérimentation « villes moyennes » au titre du rapport Dauge, destiné aux villes moyennes patrimoniales. Cette expérimentation a bénéficié à 7 villes : Bar-le-Duc, Chaumont, Saint-Dizier, Sedan, Longwy, Guebwiller et Saint-Dié-des-Vosges pour lesquelles 4 séminaires thématiques ont été organisés entre décembre 2017 et mars 2018, sur les thématiques prioritaires de leur redynamisation : commerce, logement, patrimoine, numérique.

    • La mise en place par l’État de deux accompagnements spécifiques pour les villes de Bar-le-Duc, Chaumont et Saint-Dié des Vosges qui bénéficient d’un soutien en ingénierie pour concevoir ou consolider leur projet de territoire.
Les objectifs du programme « Action cœur de ville » développé par l’État dans le Grand Est sont rejoints par la politique « villes moyennes » de la Région Grand Est. En effet, l’État et la Région partagent la volonté de consolider l’attractivité des villes moyennes en s’appuyant sur le binôme ville-intercommunalité et en initiant un réseau de villes pour favoriser l’échange d’expérience et instaurer des dynamiques entre collectivités. La Région est ainsi un partenaire du programme en Grand Est.

Une mobilisation rapide dans les territoires

Les 24 villes se sont engagées rapidement dans la phase de préparation, en mobilisant le comité de projet local présidé par le maire et/ou le président de l’EPCIEtablissement Public de Coopération Intercommunale pour élaborer leur convention-cadre.Après la signature de la convention-cadre, les villes disposent de 18 mois maximum pour une deuxième étape du programme : réaliser les études préalables manquantes nécessaires, élaborer un plan d’action pluriannuel et identifier les ressources mobilisables. Cette phase, dite « d’initialisation » se conclut par la signature d’un avenant comportant le projet de territoire, le plan pluriannuel d’intervention détaillé accompagné d’une cartographie des périmètres où se réaliseront les projets.La troisième et dernière étape, appelée « phase de déploiement » et d’une durée de 5 ans, sera dédiée à la mise en œuvre du projet. L’objectif est de concrétiser des actions aptes à requalifier et redynamiser les centres-villes.

Action Coeur de Ville en chiffres-clés, dans le Grand Est :

Au 12 octobre, 22 des 24 villes lauréates ont déjà contractualisé avec l’État, ses partenaires et la Région.
17 des 24 villes bénéficient également de subventions spécifiques aux villes lauréates, 6, 775 millions d’euros ayant d’ores et déjà été engagés par l’État à leur bénéfice dans le cadre du programme. Les projets d’investissement accompagnés dans ce cadre concernent notamment des requalifications urbaines, créations de pôles d’échanges multimodaux et la restructuration d’équipements structurants des centre-villes.
Au final, ces villes ont bénéficié de plus de 14 millions d’€uro de l’État au titre de la dotation de soutien à l’investissement public local pour l’année 2018, soit près de 25 % de l’enveloppe régionale.

Pour en savoir plus, consultez le dossier de presse , mais aussi le premier numéro de la newsletter Action coeur de ville daté d’octobre 2018.