Canicule – L’État et ses partenaires pleinement mobilisés et attentifs aux Parisiens et Parisiennes les plus vulnérables

Mise à jour : 29 juin 2017

© DR

Michel Cadot, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris a activé dimanche 18 juin 2017 le niveau 3 (couleur orange : alerte canicule) du plan départemental de gestion de la canicule à Paris, élaboré conjointement avec le préfet de police, préfet de la zone de défense et de sécurité de Paris, la délégation départementale de Paris de l’Agence régionale de santé – Île-de-France et la maire de Paris.

Pendant près d’une semaine, 24h/24, les services de l’État à Paris et leurs partenaires ont ainsi porté une attention particulière à toutes les personnes vulnérables (personnes âgées, malades, enfants en bas âge, personnes sans-abri...) en déclenchant plusieurs mesures sur le territoire parisien. Chaque jour des réunions de suivi étaient organisées à la préfecture de région avec tous les partenaires du plan canicule.

Mise en place du niveau 3

Dans le cadre du déclenchement du niveau 3 alerte canicule, le préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, a mis en place les mesures suivantes :

  • activation par la mairie de Paris d’un numéro unique, le 39 75, qui prend contact avec les personnes fragiles préalablement inscrites ou dont la situation critique lui est signalée ;
  • séjour en salles rafraîchies (disponibles dans tous les arrondissements parisiens) de toutes les personnes pour lesquelles des professionnels de la santé ou du social, les intervenants du téléopérateur avaient demandé une inscription auprès du Centre d'action sociale de la Ville de Paris (CASVP). Les personnes âgées isolées inscrites sur le fichier Chalex (Chaleur extrême) de la mairie de Paris pouvaient bénéficier d’un transport climatisé pour se rendre dans l’une de ces salles. Il est à noter que les 690 Établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPADEtablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes) sont tous équipés d’une pièce rafraîchie ;
  • ouverture de salles rafraîchies en accès libre, notamment dans les mairies d’arrondissement et des clubs du CASVP, pour les personnes non inscrites au fichier Chalex ;
  • les maraudes associatives et municipales ont été renforcées. Des lieux rafraîchis étaient signalés à l’usage du grand public, d’autres spécialement aménagés pour offrir aux personnes fragiles un répit sécurisé au frais.

Ces mesures ont été levées vendredi 23 juin.

Une vigilance accrue à l’égard des personnes sans-abri

Pendant ce pic de chaleur, le préfet de région a également demandé à l'ensemble des acteurs de la veille sociale et de l'hébergement (SIAOService intégré d'accueil et d'orientation de Paris, accueils de jour/Espace solidarité insertion (ESI), ensemble des maraudes, CHU-CHRSCentre d'hébergement et de réinsertion sociale-CADA-CPH) de prendre en compte les instructions suivantes :

  • afficher, au sein de leurs locaux, et diffuser auprès de leurs équipes les supports de communication réalisés par le ministère chargé de la Santé et l'INPESInstitut national de prévention et d'éducation pour la santé ;
  • diffuser auprès de leurs équipes, pour information et orientation du public à la rue, la localisation à Paris des équipements suivants : bains douches municipaux, « sanisettes » et fontaines à eau.

S'agissant plus spécifiquement des accueils de jour/ESI, le préfet a également demandé de :

  • rester ouvert toute la journée sans fermeture méridienne ;
  • mettre en œuvre toute mesure utile pour rafraîchir toutes les personnes accueillies (organisation d'un espace dédié dans la mesure du possible) ;
  • renseigner un tableau de suivi précis (horaires d'ouverture pendant la période estivale, mesures vigilance orange prises (extensions horaires / salle de rafraîchissement, capacité maximale d'accueil).

Le préfet sur le terrain auprès des personnes âgées

Pour veiller à la bonne application de ces mesures, Michel Cadot, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris a visité, le 20 juin dernier, une salle rafraîchie dans un EHPADEtablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes du 15e arrondissement de Paris.

Il en a profité pour rappeler que la vulnérabilité des personnes âgées, des malades, des enfants en bas âge et des personnes sans-abri ou en habitat précaire est aggravée en cette période, et nécessite une attention particulière.

Partager :