Actualité

Conférence de presse de rentrée de Fabienne Buccio, préfète de la région Nouvelle-Aquitaine

Mise à jour : 30 septembre 2019

photo de la conférence de presse de F. Buccio - 24 septembre

Fabienne Buccio a tenu sa conférence de presse de rentrée à la résidence préfectorale le mardi 24 septembre. A cette occasion, elle a fait le tour des grands dossiers prioritaires dans la région et en Gironde.

La situation économique

La situation en Nouvelle-Aquitaine s’améliore, mais ce dynamisme ne doit pas éclipser les disparités territoriales entre départements. C’est pourquoi l’État s’engage dans les politiques en faveur de l’emploi et soutient les projets de redynamisation de bassins de vie et d’emplois. Par exemple les travaux de Grand carénage pour renforcer la sûreté de la centrale nucléaire du Blayais devraient amener à la création de 1 000 supplémentaires (dont 600 sur la région) et avoir des retombées directes et indirectes sur le territoire. L’État (UD DIRECCTEDirection régionale de l'entreprise de la concurrence de la consommation du travail et de l'emploi) entend également mener une politique volontariste dans le secteur de l’emploi agricole en Gironde.

A retenir :
Taux de chômage : 8 % en Nouvelle-Aquitaine (8,2 % en France) mais un taux de 9 % en Charente-Maritime et en Dordogne
Créations d’entreprises : + 11 % pour le premier trimestre 2019 mais dans le secteur de l’emploi salarié : -0,3 % de création d’emploi par rapport à 2018 dans la Creuse et la Corrèze
Attractivité régionale : d’ici 2030 + 550 000 habitants (sur 6 M d’habitants en Nouvelle-Aquitaine) - une pression démographique à prendre en compte afin qu’elle n’accentue pas les disparités territoriales

L’aménagement du territoire

L’État défend une politique de l’aménagement du territoire ambitieuse mais raisonnée. En Nouvelle-Aquitaine, la mobilité est un enjeu auquel l’État est très attaché, qui permet de désenclaver des territoires et d’améliorer l’accessibilité à l’emploi et la qualité de vie. Relier l’ensemble des territoires et des villes permet de renforcer l’attractivité dans la plus grande région de France. L’État présentera une stratégie pour l’aménagement et l’habitat en Gironde qui fait face à une augmentation de 18 000 habitants par an. Elle proposera un aménagement du territoire raisonné dans le respect de l’objectif « zéro artificialisation ».

A retenir :
Rocade de Bordeaux : 175 M € investis depuis 2009 (dont 50 % portés par l’État) - 92 M €  seront investis d’ici 2022. La fin de la mise à 2 x 3 voies est prévue pour 2022
RN 147 (Limoges-Poitiers) : au titre du volet routier CPERContrat plan Etat -Région, aménagement de 3 secteurs de la RN 147. Concernant l’accélération des projets en cours et de nouveaux projets, une étude de concessibilité a été transmise à la ministre le 4 septembre dernier
RN 10 : l’État a entièrement financé la 2x2 voies (68 M €), mise en service en juillet 2019
RN 21 : 36 M € inscrits au CPER pour l’achèvement de la section entre Agen et Villeneuve-sur-Lot (en Lot-et-Garonne)
Réseau ferroviaire : 27 M € (sur 84 M €) pour rénover la ligne Libourne-Bergerac mise en service le 30 septembre prochain

L’eau et la qualité de vie

La gestion de l’eau est un enjeu majeur pour la Nouvelle-Aquitaine, première région agricole de France. La problématique va prendre de l’ampleur dans les années à venir : le déficit en eau sera multiplié par 6 dans les 30 prochaines années. Une action collective doit être menée pour préserver la qualité et la quantité de l’eau.

A retenir :
Eau potable : adoption de mesures de restriction d’eau pour préserver l’alimentation des populations
Qualité de l’eau : 117 captages ont été qualifiés de prioritaires en Nouvelle-Aquitaine (seul 1/3 de la masse d’eau est aujourd’hui considérée en bon état). Pour aller plus loin, l’État entend inciter les agriculteurs à passer au bio.
Dans les territoires viticoles : l’État suivra avec attention les concertations en Gironde autour  des pesticides et des zones de distance de traitement.

Le soutien aux territoires

En 2018, en Nouvelle-Aquitaine, l’État a soutenu les collectivités à hauteur de 1 Md € .

Au titre de l’investissement local, 3 grandes priorités ont guidé l’attribution des dotations :
soutien aux ruralités (150 M €) : soutien à l’attractivité des territoires ruraux,  redynamisation des centres-bourgs, réhabilitation d’équipements publics (maison de santé), la rénovation de patrimoine (église)
soutien aux villes moyennes (135 M € dans le cadre du programme « Actions cœur de ville ») : développement d’équipements publics, accessibilité au logement adapté
accompagnement dans la transition écologique et énergétique (18 M €) : réduire l’empreinte énergétique des bâtiments publics (rénovation thermique), développer des solutions durables de transports moins polluants (pistes cyclables)

L’accueil des personnes migrantes ou démunies

L’État a fourni un effort sans précédent pour l’accueil des personnes migrantes ou démunies en Gironde et en Nouvelle-Aquitaine.

A retenir :
Hébergement d’urgence  en Nouvelle-Aquitaine : 4 600 places (dispositif généralisé) et 8000 places pour l’hébergement des demandeurs d’asile (+ 180 % en 3 ans)
Hébergement d’urgence en Gironde : 4 000 places (+ 100 % en 3 ans)
Renforcement des hébergements en période hivernale : 500 places mobilisables (Nouvelle-Aquitaine) - 290 places mobilisables (Gironde)