Situation de la réserve en eau dans l’extrême-sud

Mise à jour : 09 mai 2016

Depuis le mois de janvier, le comité de suivi de la sécheresse s’est réuni à quatre reprises en préfecture avec, aux côtés des services de l’Etat, les principaux acteurs de la gestion de la ressource en eau et les acteurs socio-économiques de l’île (office d’équipement hydraulique de la Corse, association des maires, chambre d’agriculture, fédération de l’hôtellerie de plein air…).

Un risque non négligeable de pénurie d’eau a ainsi été identifié pour la fin de saison 2016 sur les secteurs alimentés par les deux barrages de Figari et de l’Ospédale.

En effet :

  • depuis le début du mois de mars, le niveau de précipitations est faible, de l’ordre de 5 à 10 mm. Les cumuls observés pour le mois d’avril correspondent à moins de 20 % de la normale enregistrée les années précédentes ;
  • les prévisions de Météo France ne laissent pas espérer d’amélioration dans les prochaines semaines ;
  • le manteau neigeux, déjà peu important, a fondu très rapidement en raison de températures supérieures à la normale ;
  • le niveau de remplissage des deux barrages de l’Ortolo et de Figari s’établit à 86 % contre 97 % en 2015 à la même époque ;
  • le niveau des nappes du département, bien que pour l’instant conforme à la normale, est en baisse compte tenu de l’absence d’apport depuis début avril ;
  • les barrages sont la seule ressource d’alimentation pour la région de l’extrême Sud durant l’été.

En conséquence, un arrêté préfectoral a décidé, dès le mois de mars, l’entrée en vigueur du « niveau d’alerte » défini dans le plan de gestion des épisodes de pénurie d’eau, sur le territoire des communes concernées : Bonifacio, Figari, Lecci, Pianottoli Caldarello, Porto-Vecchio, San Gavino di Carbini, Sotta, Zonza.

Si cet arrêté ne fixe aucune obligation de restriction, il permet de sensibiliser les différents acteurs et utilisateurs, professionnels et particuliers, et préconisee des actions permettant de limiter les usages de l’eau, tels que :

  • le lavage des véhicules hors des stations professionnelles, hors véhicules professionnels soumis à impératifs sanitaires ou techniques ;
  • le remplissage des piscines privées existantes à usage familial après vidange ;
  • le lavage des bateaux, hors bateaux professionnels soumis à impératifs sanitaires/techniques ;
  • l’arrosage par aspersion des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément ;
  • le lavage ou l’arrosage des terrasses et voies de circulation privées ;
  • l’irrigation des prairies naturelles.

Il est demandé à chacun de faire preuve de civisme afin de préserver la ressource en eau et, dans la mesure du possible, d’éviter le recours à des mesures d’interdictions formelles qui pourraient être prise dans les prochaines semaines.

  

Partager :