Données Économiques

Mise à jour : 16 décembre 2015

Panorama économique de la Région Normandie

Données économiques :

  • La Normandie est la 9e région économique nationale
    22.9% de la valeur ajoutée brute consacrée à l'industrie
    90 milliards d'euros en PIB
  • 5e région pour le PIB par habitant
    27 196 € de PIB/habitant
    Nombre de ménages fiscaux en 2012 : 1 388 868
  • 6e région pour le commerce extérieur
    74 milliards d'euros pour l'import et l'export (35% du PIB consacrés à l'export - 2nd rang national)
    3 554 entreprises exportatrices dont le siège se situe en Normandie.

Territoire, implantations et géographie

La carte ci-dessous figure les établissements privés qui emploient plus de 250 salariés en Normandie :

(source : Service Études et Statistiques Évaluation DiRECCTE Normandie).

On remarque la forte attractivité de la Vallée de la Seine en termes d’implantation de sites importants, ainsi que le dynamisme des zones de Rouen, Caen, Cherbourg et Le Havre. La prévalence de certaines filières selon le territoire apparaît également (par exemple industrie agro-alimentaire en Ouest-Normandie, production industrielle en Est-Normandie).

Les principaux secteurs économiques

La Normandie représente 6 % des emplois de la branche aéronautique et spatiale en France. Elle se positionne au premier plan des régions non traditionnelles de l’aéronautique et de l’espace. Les perspectives offertes par le développement du marché en France et à l’international en font un axe stratégique porteur pour les entreprises normandes du secteur ou de secteurs connexes (notamment l’automobile).

La Normandie génère 7% de la production agricole nationale représentant 5,2 milliards d'euros. Une surface agricole utilisée de 1 973 700 (66% du territoire normand) et 40 800 emplois (en 2013) / 35 400 exploitations agricoles en Normandie.

la surface agricole en détail :
- Céréales 32 %
- Oléoprotéagineux 9 %
- Fourrages annuels 12 %
- Autres terres arables 13 %
- Surfaces toujours en herbe 34 %

  • 1ère région productrice de fromage au lait de vache
  • 1ère région productrice de beurre et de crème
  • 1ère région productrice de lin textile
  • 1ère région productrice de pommes à cidre et produits cidricoles
  • 1ère région en nombre de chevaux

L’agroalimentaire est un secteur industriel particulièrement développé en Ouest-Normandie avec près de 20 000 emplois. La Normandie compte sur tout son territoire des établissements des grands groupes tels que Lactalis, Bongrain, Danone, Nestlé, Senoble, Alliance élaborés, Socopa, Pasquier, Ferrero, Segafredo Zanetti, etc., et des coopératives très dynamiques comme AGRIAL, Isigny Sainte Mère, ainsi qu’un réseau important de PMEPetites et moyennes entreprises.

La place du port de Rouen comme premier port de céréales en Europe marque bien le dynamisme de cette filière en Normandie.

  • 3e région française avec 2,6 milliards d'euros de valeur ajoutée brute (3,3% du total régional)
  • 2e région pour l'industrie du lait
  • 3e région pour l'industrie du poisson
  • 3e région pour l'industrie de la transformation du cacao, thé et café
  • 3e région en resistance à l'emploi sur les 10 dernières années

Avec plus de 500 établissements dans le secteur de l’automobile, la Normandie est particulièrement tournée vers cette industrie. Regroupant à la fois des sites de production parmi les plus importants de France (Renault Cléon, Renault Sandouville, PSA Cormelles, Renault Alpine Dieppe, etc.), des sous-traitants de grande ampleur (Faurecia, Valeo, Bosch, parmi beaucoup d’autres) et des PMEPetites et moyennes entreprises régionales, le tissu économique de la filière est particulièrement dense. C’est en Seine-Maritime que Édouard Delamarre-Debouteville inventa l'automobile.

Cela se reflète notamment dans le dynamisme du pôle de compétitivité normand MO’VEO à vocation mondiale qui accompagne et promeut la R&D et l’innovation des acteurs privés et publics du secteur.

Le secteur de la chimie est important en Normandie, particulièrement en Seine-Maritime puisque ce département regroupe la majorité des près de 80 sites SEVESO de la région.

Une partie de cette industrie chimique est destinée à la production pharmaceutique avec des sites importants tels que SANOFI, ETHYPHARM ou encore ORIL. Un pôle de bio-technologie présente un fort dynamisme à Val-de-Reuil (27) et regroupe un nombre important d’acteurs du secteur de la santé. Caen et sa région porte également un fort développement du secteur avec des laboratoires et installations à la pointe de la technologie actuelle.

Avec l’attribution de trois champs d’éoliennes offshore conséquents (Fécamp, Courseulles-Sur-Mer, Dieppe-Le Tréport qui totalisent environ 1 500 MW), la Normandie se place en tête des régions françaises dans le domaine des énergies marines renouvelables. Une filière des hydroliennes, actuellement au stade des prototypes, se structure également.

Le poids de l’industrie nucléaire est particulièrement fort en Normandie : trois centrales nucléaires majeures (Penly, Paluel, Flamanville) en font un centre de production de première importance. On y trouve aussi le prototype de l’EPR en construction à Flamanville (50), et l’usine d’AREVA à la Hague (50) qui est le plus grand centre de retraitement de combustible en Europe. Cela attire naturellement dans son sillon un dense tissu de sous-traitants dans le secteur.

Les fonctions logistiques regroupent en Normandie plus de 60 000 emplois dans près de 4 000 établissements. L’interface maritime et les flux importants qui transitent par la Seine font de ce secteur une clef du développement du territoire et de ses entreprises. Fortement tourné vers l’international et l’export par nature, ce secteur est principalement constitué de PMEPetites et moyennes entreprises de 20 à 100 salariés et les grands acteurs publics sont naturellement les grands ports de la côte normande.

Les ports de Le Havre, Rouen et Paris sont regroupés sous la bannière commune HAROPA ; les ports de Caen-Ouistreham et de Cherbourg sous PNA (Ports Normands Associés).

Les entreprises du numérique sont à 90 % composées de moins de 5 salariés (format startup) et présentent un taux de création de près de 25 % (contre 14 % en moyenne régionale).

Les deux capitales normandes totalisent 54 % des emplois salariés de la filière. Néanmoins, certaines zones rurales affichent des taux de spécialisation de l’emploi dans la filière numérique très élevé du fait de la présence d’une ou plusieurs grands établissements : Pont-Audemer avec GEMALTO, Lisieux avec ATOS, Mortain avec ACOME.

La Vallée de la Seine réalise le tiers de la production française de produits pétroliers raffinés, notamment avec les plateformes EXXONMOBIL (Notre Dame de Gravenchon, 76) et TOTAL (Gravenchon, 76). Elle compte un réseau dense de pipelines destinés à l’acheminement du pétrole brut et des carburants.

Au-delà de la partie « aval » de la filière pétrochimique, la Vallée de la Seine regroupe également une part importante du savoir-faire français en matière d’exploration production d’hydrocarbures. Des entreprises comme celle de Deville-Les-Rouen ou du Trait disposent en Vallée de la Seine de capacités de production conséquentes et les grandes ingénieries pétrolières sont toutes bien représentées en Île-de-France.

La Normandie est la 8e région touristique française.

Le tourisme constitue un secteur à fort potentiel pour l’économie normande. Les perspectives de croissance dans le secteur du tourisme sont très favorables tant au niveau national qu’au niveau régional. La Normandie bénéficie d’une forte promotion à l’international, ciblant des clientèles à fort pouvoir d’achat, avec une image de marque exceptionnelle.

La destination Normandie est, en 2014, passée de la 6ème place à la 4ème place des destinations touristiques françaises.

Par nature, la gouvernance de cette filière est partagée entre les collectivités, l’État, le CRT (Comité Régional du Tourisme), les CDT (Comités Départementaux du Tourisme). On note une forte dynamique avec l’impulsion des politiques nationales, du CPIER, du développement des destinations touristiques normandes (3 contrats de destination avec « le Mont saint Michel et sa Baie », « Tourisme de Mémoire en Normandie » et « Destination Impressionnisme »), et des potentiels offerts par l’e-tourisme (actions du pôle TES).

Sites touristiques normands les plus visités en 2014 :

  1. Le Mont Saint-Michel (Manche) - 2 300 000 visiteurs
  2. le Cimetière Américain de Colleville sur Mer (Calvados) - 2 126 940 visiteurs
  3. la Pointe du Hoc (Calvados) - environ 1 000 000 visiteurs
  4. la Basilique Sainte-Thérèse de Lisieux (Calvados) - 710 800 visiteurs
  5. la Maison et les Jardins de Claude Monet à Giverny (Eure) - 626 880 visiteurs
  6. le Mémorial de Caen (Calvados) - 438 150 visiteurs

Les associations de filières

La Normandie peut s’appuyer sur un réseau structuré de filières économiques et de branches professionnelles regroupant les principaux acteurs privés et publics (laboratoires notamment) du territoire. Organisées sous la forme d’associations, elles sont essentielles à l’action de développement économique portée sur le territoire : elles sont les relais des actions stratégiques décidées aux niveaux national, et régional en concertation avec les partenaires du territoire (notamment le Conseil Régional). Elles sont également les interlocuteurs de choix pour connaître les remontées et besoins précis de secteurs économiques particuliers.

Partager :